Presse 14+18

REVUE DE PRESSE – 14+18– Opéra National de Paris, Lorraine, Montpellier, Reims – Mai 2014/15

« Le rideau est tombé sur un succès indéniable ! »

Télécharger le PDF

Itv Marie-Eve Signeyrole

https://www.operadeparis.fr/blogopera/1418

http://www.dailymotion.com/video/k7179yOkcnHJZx86LQ4#

« Responsables respectivement de la mise en scène et de la dramaturgie, Marie-Eve Signeyrole et Simon Hatab ont co-écrit un livret retraçant les temps emblématiques de la Grande Guerre, de l’enthousiasme de la conscription au désespoir des orphelins pupilles de la nation. Sur le fil du « pour de vrai » et « pour de faux », les élèves jouent au jeu sinistre de la guerre. La structure narrative s’organise astucieusement autour d’une alternance de scènes au présent et au passé, ce qui permet aux protagonistes de dialoguer à un siècle d’intervalle. Les anonymes côtoient les figures célèbres, tous transfigurés par l’illusion d’un combat patriotique. (…)A la fois touchant et réaliste, l’univers narratif de 14+18 fourmille de références historiques et culturelles, sans jamais jouer la carte sentimentale ou de l’illustration au rabais sous le faux prétexte de s’adresser à des générations que l’Histoire a du mal à sensibiliser. » – D. Verdier pour resmusica.com

Reportage Tf1

 

Press 14+18

PRESS REVIEW – 14+18– Opera National de Paris, Lorraine, Montpellier, Reims – May 2014/15

« Le rideau est tombé sur un succès indéniable ! »

Download Press

Itv Marie-Eve Signeyrole

https://www.operadeparis.fr/blogopera/1418

http://www.dailymotion.com/video/k7179yOkcnHJZx86LQ4#

« Responsables respectivement de la mise en scène et de la dramaturgie, Marie-Eve Signeyrole et Simon Hatab ont co-écrit un livret retraçant les temps emblématiques de la Grande Guerre, de l’enthousiasme de la conscription au désespoir des orphelins pupilles de la nation. Sur le fil du « pour de vrai » et « pour de faux », les élèves jouent au jeu sinistre de la guerre. La structure narrative s’organise astucieusement autour d’une alternance de scènes au présent et au passé, ce qui permet aux protagonistes de dialoguer à un siècle d’intervalle. Les anonymes côtoient les figures célèbres, tous transfigurés par l’illusion d’un combat patriotique. (…)A la fois touchant et réaliste, l’univers narratif de 14+18 fourmille de références historiques et culturelles, sans jamais jouer la carte sentimentale ou de l’illustration au rabais sous le faux prétexte de s’adresser à des générations que l’Histoire a du mal à sensibiliser. » – D. Verdier pour resmusica.com

Reportage Tf1